book-2124636_1920

Magic is everywhere.

À cinquante ans maintenant passés et mère de deux enfants, je regorge d’imagination. Ma devise: Pas une journée sans un nouveau projet. Après m’être essayée à la peinture, la sculpture et les travaux manuels en tous genres, j’ai découvert le monde de l’écriture en 2016. Ce fut une révélation…

Suite à la publication d’un premier roman en 2017, « Au premier jour« , puis d’un second en 2018, « Do you remember ?« , j’enchaîne donc avec bonheur sur l’écriture d’un troisième, de la bêta-lecture, des corrections de textes d’auteurs découverts au fil de mes pérégrinations sur la toile,  des chroniques et la confection de carnets de chronique et d’écriture

DSC_0082A

*

chance-3385168_1920

15 juin 2020

Quelques semaines après le confinement, je peux enfin analyser ce que m’apporta le mien : une énorme envie de changements dans ma vie !
Ce constat établi, il n’y a plus qu’à mettre en application. Pas toujours facile, me direz-vous, mais avec un peu de bonne volonté, tout est réalisable !

Durant cette période cloîtrée à la maison, j’ai – comme beaucoup d’auteurs il me semble – perdu quelque peu la flamme pour l’écriture : un manque d’inspiration, de volonté, de motivation que m’apportait mon quotidien d’avant… Mais pas pour la correction de manuscrits, une passion découverte il y a presque trois ans et qui ne me lâche pas ! J’aime cet aspect du travail d’auteur, et surtout j’aime les auteurs avec qui je travaille.

D’où ma première résolution : arrêter de corriger bénévolement et ponctuellement, une première ébauche par-ci, un court passage par-là, sélectionner mes bêtas-lectures et les manuscrits en fonction de leur avancée, ne plus accepter que des textes relus et déjà plus ou moins retravaillés, et accompagner les auteurs de bout en bout, du titre sur la première page à la publication, en passant par la mise en pages et la couverture.

Pour ce faire, je viens de créer une association loi 1901 ( « Air’Elle », oui, quel rapport avec l’écriture ou la correction ? Aucun, ce sont juste mes initiales #manqued‘inspiration 😂, association dont je parlerai lorsqu’elle sera opérationnelle), puisque mon but n’est pas de gagner des milles et des cents, mais de monter une cagnotte pour un second projet.

Ce second virage dans ma vie prendra forme dans ma ville de cœur, Navarrenx, dans les Pyrénées Atlantiques, avec aucune vue sur les montagnes enneigées, mais des remparts magnifiques ! A l’automne, je rentre chez moi, dans cette maison qui m’a tant plu il y a quelques années, que j’ai achetée, que j’ai quittée à regret et que j’ai hâte de retrouver… Mais bref, fin de l’épisode Nostalgie, le propos n’est pas là.
Cette maison possède une dépendance inexploitée, comme si elle n’attendait qu’une chose : que l’idée germe dans mon esprit, que je veuille la voir enfin telle qu’elle pourrait être et telle qu’elle deviendra : une librairie.
Mais là encore, pas une librairie ordinaire, une librairie-dépôt vente pour les auto-édités et uniquement eux ! Pas de Gallimard ou de Flammarion, rien que vous, auteurs indépendants aux multiples casquettes !

il me faudra du temps, de la patience et beaucoup d’huile de coude (et des pépètes aussi, mais ça, faut pas le dire à mon banquier, il ne le sait pas encore) pour la voir émerger, mais j’y crois, comme je crois que vous serez au rendez-vous lorsque je vous solliciterai pour garnir mes rayonnages de vos œuvres.

Voilà, c’est dit, le premier pas est fait, sûrement le plus facile. J’espère ne pas trop trébucher en chemin.